La comédie (du grec κωμωδία) est un genre littéraire, théâtral, cinématographique et télévisuel fonctionnant sur le registre de l’humour. Née dans l’Antiquité grecque, elle est devenue un genre littéraire qui s’est épanouie de manière diversifiée en fonction des époques. Avant Molière, elle était dévalorisée comparée à la tragédie.

Prise au sens large du terme, la comédie n’est pas systématiquement axée sur le registre comique (divertissement, légèreté, rire etc.), même si la plupart des comédies le sont. La comédie larmoyante, par exemple, n’a rien d’humoristique mais fonctionne comme une comédie, notamment à travers la caractéristique classique de la fin heureuse. Au XIXe siècle apparaît, notamment avec Alfred de Musset (On ne badine pas avec l’amour, Les Caprices de Marianne), la comédie dramatique, genre hybride dans lequel la tonalité légère et humoristique, dominante dans la comédie antique et classique, est gommée par une fin malheureuse et une morale solennelle inhérente au drame romantique. Ainsi, le sens du terme « comédie », particulièrement large à l’époque classique du XVIIe siècle, s’est progressivement restreint, surtout à la suite de l’apparition, à la fin du XVIIIe siècle, du drame, un genre « sérieux » marqué par l’émotion et un ton pathétique. Ainsi, au XIXe siècle, l’appellation « comédie » s’applique à des pièces dont le dénominateur commun est le rire, avant de disparaître presque complètement dans le théâtre contemporain, qui répugne à cataloguer les œuvres par genres.

D’autre part, au-delà de l’amusement et du divertissement que procurent beaucoup de comédies, une œuvre d’un tel genre peut également véhiculer un discours critique.